Abonnement à la Newsletter

  • Blanc Icône Instagram

© 2018 by What's The News (OB). 

Mentions Légales

  • whatsthenews

ZAPATA : LES 100 ANS DU RÉVOLUTIONNAIRE MEXICAIN


Emiliano Zapata est une des plus grandes figures de la révolution mexicaine. Mort il y a cent ans, la trace de cet homme reste bien ancrée dans l'histoire du Mexique. Retour sur l'histoire d'un mexicain prêt à tout pour sauver son pays.


"Mieux vaut mourir debout que vivre toute une vie à genoux." telle est la devise d'Emiliano Zapata.

Tout commence en 1910 lorsqu'il prend la défense des paysans du Morelos qui ont vu leurs terres et leurs richesses redistribuées par les colonisateurs espagnols, les haciendas. Neuf millions de paysans et agriculteurs gardent le silence mais des défenseurs voient le jour. Emiliano Zapata est à la tête du "Comité de Défense des Terres" composé de 72 membres et commence les actions de rébellion. Le but est de rendre le travail et la vie des mexicains décente et agréable.


Le contexte politique à ce moment-là est délicat. Porfirio Diaz, un dictateur, est au pouvoir depuis plus de 35 ans sans aucun adversaire ou successeur. Malgré des élections truquées, les mexicains ne se rebellent pas sauf à quelques petites exceptions. L'armée est en piteux état : les soldats sont des fantômes, corrompus et plutôt âgés.


Les premières rebellions proviennent des paysans, des femmes et indiens qui arrivent à un ras-le-bol extrême après la ré-élection du dictateur. Le 20 novembre 1910, ils attaquent l'armée. C'est la naissance du mot guerilla. Zapata, sous le slogan de "Terre et Liberté" mène ses révolutionnaires à l'attaque. Le 20 mai 1911 Porfirio Diaz est forcé de s'exiler par Francisco Madero. Il est élu à 90% des voix par le 6 novembre 1911.






Le 3 janvier 1914 signe un contrat avec "Mutual Film Corporation", un cinéma, afin de filmer les exploits des révolutionnaires et les diffuser aux Américains. Le rebelle en costume devient l'honneur des paysans et indiens, traités comme des esclaves. Il promet à Madero d'arrêter les actions des groupes rebelles mais le manque d'action de l'homme d'Etat le force à continuer son combat. A travers le "plan d'Ayala" (25 décembre 1911), il exprime ses exigences : restitution des terres aux paysans, expropriation d'un tiers des haciendas du pays, saisie des terres des opposants à la Révolution ainsi que des anciens responsables politiques. Malgré le départ du dictateur Diaz, les mexicains ne sont pas satisfaits. Le nouveau chef d'Etat, Maduro, est un libéral qui croit fortement en la bourgeoisie. Et il veut du temps pour obtenir le soutien de tous les mexicains. Fatigué d'attendre que les promesses de Madero se réalisent, Emiliano Zapata déclare :


"La Junte Révolutionnaire de l'Etat du Morelos n'acceptera aucun accord ni aucun compromis tant que les éléments dictatoriaux de Porfirio Díaz et de Francisco I. Madero ne seront pas renversés, car la nation est fatigué des hommes faux et traîtres qui firent des promesses en tant que libérateurs et qui, une fois arrivés au pouvoir, les oublient et deviennent des tyrans"

Il entame une distribution des terres aux révolutionnaires et paysans. Il instaure également un système démocratique pour mieux faire vivre l'Etat du Morelos.

D'autres dirigeants révolutionnaires, tels que Orozco et Villa, perdent patience et exigent des résultats plus rapides. Madero accélèrent alors en acceptant la création de syndicats et supprimant quelques taxes. Des choix que les plus conservateurs du pays désapprouvent. Le Général Huerta assassine Madero en février 1913 et pense que la guerre civile va cesser. Les trois grands chef de la Révolution (Zapata, Orozco et Villa) ainsi que des proches à l'ancien chef d'Etat contre-attaquent et mettent en place un coup d'Etat contre Huerta. Celui-ci part se réfugier en Amérique du Sud peu de temps après.


Le 6 décembre 1914, Zapata et Villa pénètrent dans le Palais Présidentiel après avoir évincés leurs plus gros adversaires et après avoir pris possession des territoires contrôlés par le gouvernement. Malgré cette victoire tant attendue, Zapata souhaite être plus au calme et retourne dans l'Etat du Morelos, chez lui. De là, il élabore une Constitution qui arrive à ramener la paix au Mexique. Les Etats-Unis le reconnaissent en tant que Président du Mexique. Le peuple mexicains souffre de cette guerre civile et aspire à la paix.


Le 10 avril 1919, Zapata est assassiné par Carranza, au pouvoir à ce moment-là. De nombreux désaccords sont présents entre les deux hommes. Quelques mois avant son assassinat, Zapata écrit à Carranza :

"Vous n’avez jamais pensé que la Révolution puisse bénéficier au Peuple, aux légions d’opprimés que vous avez encouragés par vos discours."

Cent ans après sa mort, Zapata reste un modèle et une des figures les plus importantes pour les Mexicains. Des célébrations en son honneur ont lieu le 10 avril de chaque année. Les Mexicains du Chiapas restent en lutte contre le gouvernement qui continuent de les priver de leurs droits (privation de leurs terres, créations de gros projets tels que des autoroutes pour les empêcher de créer leur propre système, assassinat, ...).


En France, des associations sont créées pour leur venir en aide. C'est le cas de Mut-Vitz qui apporte un soutien aux producteurs de café zapatistes du Chiapas.


Si vous souhaitez approfondir le sujet, le documentaire "Zapata mort ou vif" de Patrick Le Gall peut éclairer sur le sujet