Abonnement à la Newsletter

  • Blanc Icône Instagram

© 2018 by What's The News (OB). 

Mentions Légales

  • whatsthenews

LE COMBAT D'UN ANCIEN RUGBYMAN FACE A LA PÉDOPHILIE

Mis à jour : 30 août 2019

Sébastien Boueilh est un ancien rugbyman de haut niveau. Victime de viol lorsqu'il est adolescent, il a créé l'association "colosse aux pieds d'argiles" pour aider les victimes dans le milieu sportif. Il a attendu 18 ans avant de dénoncer les nombreuses agressions de son violeur.



"La pédo-criminalité, ça n'arrive pas qu'aux autres".

L'ancien rugbyman commence son intervention avec cette phrase qui glace le sang. Entre 12 et 16 ans, il se faisait violer par son cousin. Avant que celui-ci ne l'emmène à l’entraînement de rugby mais également lorsqu'il le ramenait. 5 minutes après ces agissements, son cousin allait boire un café avec les parents de Sébastien. 18 ans plus tard, lorsqu'il discute avec ses deux copains de l'époque, les trois se rendent compte qu'ils ont tous les trois été agressés par cette même personne. C'est à partir de là qu'ils sortent du silence et décident de porter plainte. Après quatre longues, très longues années de procédure et trois jours de procès, son cousin est condamné à 10 ans ferme. Avec le jeu des remises de peine, en février dernier, après 5 ans passé en prison, le violeur a pu sortir. "Le plus difficile c'est que moi, j'ai eu 18 ans d'emprisonnement, sans réduction de peine" confie-t-il. Depuis quelques années, Sébastien Boueilh a créé l'association "Colosse aux pieds d'argiles" dans le but de sensibiliser et d'aider les victimes de tous types d'agressions (sexuelles, violences, bizutage, harcèlement...). Le sportif intervient à partir des classes de CM1/CM2 jusqu'au lycée. Après avoir présenté son histoire et présenté les agressions sexuelles, il demande aux enfants d'écrire des questions -anonymement- pour qu'il puisse y répondre. A la fin de l'intervention, ceux qui le souhaitent peuvent rester pour s'entretenir avec lui personnellement. En 6 ans d'intervention, il a toujours eu au moins une victime devant lui.

"Quelles sont les qualités d'un entraîneur?"

Lors d'une conférence, avec que des adultes dans la salle, Sébastien Boueilh pose cette question au public. Les mêmes réponses reviennent : à l'écoute, serviable, empathique, protecteur, impliqué, gentil, arrangeant, disponible... "Voilà la parfaite description du prédateur" explique le sportif. Bien-sûr beaucoup d'entraîneurs sont à l'écoute et gentils sans être des prédateurs. Cependant, il ne faut jamais oublier que "le pédo-criminel est, en général, le plus gentil de tous". L'association a créé une charte pour les clubs sportifs avec des règles telles que "ne pas faire la bise mais faire un chek", "pas de douche avec les enfants", "les portes des vestiaires restent fermées", "ne jamais se retrouver seul avec un enfant dans un endroit clos"... Des nouvelles règles arrivent en fonction des situations que l'association rencontre. Elles sont là, non seulement pour protéger les enfants, mais également pour protéger les adultes, parfois victimes de fausses allégations. "Il ne faut jamais forcer un enfant à faire la bise à qui que ce soit. C'est lui qui décide qui rentre dans sa sphère affective" précise Sébastien.


Internet n'est pas épargné

Internet et les réseaux sociaux, malgré leurs qualités, apportent leurs lots de défauts également. La plupart des jeunes sont aujourd'hui inscrits sur les réseaux sociaux ou jouent à des jeux en ligne : endroit idéal pour harceler derrière un écran ou parler à des inconnus. En France, 80 adultes par semaine sont arrêtés sur les réseaux sociaux. 7 enfants sur 10 iraient à un rendez-vous donné par un inconnu. 2 collégiens sur 3, dès la 6ème, consultent par semaine, 20 minutes de contenu pornographique. On ne fait pas que de mauvaises rencontres sur Internet, cela peut être une plateforme pour rencontrer de belles personnes et de nouveaux amis mais les risques restent là et il faut en être conscient.


Les enfants ne disent pas tout et peut-on en parler avec eux?

Durant la conférence, deux mamans sont intervenues. Une expliquant son étonnement face à tout ce qu'elle a appris car "nos enfants ne nous racontent pas tout ça" expliquent-t-elle en faisant référence à Internet et ce qu'il se passe dans les collèges et lycées. Lorsque l'ancien rugbyman demande aux parents présents dans la salle, "qui a déjà parlé de sexualité avec ses enfants avant leurs 11 ans?", une maman réagit : "Je trouve ça choquant qu'en 2019, on pose encore cette question. On devrait pouvoir en parler avec nos enfants normalement". Sébastien Boueilh explique alors qu'une prévention, cela passe d'abord par les parents.


Quelques chiffres

En Europe, c'est 1 enfant sur 5 qui est victime d'agressions sexuelles. 81% se passent avant 18 ans. Dans 94% des cas, les agresseurs sont des proches. Des chiffres à faire froid dans le dos.

Les signaux d'alerte

Les signaux d'alerte chez la petite enfance peuvent être : trouble du sommeil, peurs intenses, changements dans les habitudes alimentaires, dessins révélateurs, régression...

A l'âge scolaire et primaire : phobies scolaires, refus d'aller quelque part ou chez quelqu'un, peur d'être dévêtu, mauvaise intégration, agressivité, voyeurisme...

Chez les adolescents : sous-estimation de la personne, conduites hyper sexualisées, troubles alimentaires, fugues, conduite auto-nuisible, idée ou tentative de suicide, scarifications, mensonges...


Pour plus de renseignements : http://www.colosseauxpiedsdargile.org/ ou colosseauxpiedsdargile@gmail.com