• whatsthenews

L'AFFAIRE STAVISKY, UN SUICIDE MAQUILLÉ

Mis à jour : 10 févr. 2019


Le 10 janvier 1934, le Canard enchaîné, journalier satirique, révèle l'affaire Stavisky. Un escroc, ayant détourné les fonds du Crédit municipal de Bayonne, est retrouvé mort chez lui. Il s'agirait, en réalité, d'un meurtre maquillé en suicide pour l'empêcher de dénoncer les hommes politiques complice de son délit.


"On ne suicidera pas la République comme on a suicidé Stavisky" pouvait-on lire sur des pancartes lors de la contre manifestation du 12 février 1934. L'affaire de touche pas les grands hommes politiques tels que des Présidents de la République ou des ministres mais d'autres politiciens. Deux camps s'affrontent : ceux dénonçant le déclin de la IIIème République et ceux dénonçant une politique d'immigration trop permissif (Stavisky venait de Russie).



«Tissier -directeur- utilisa huit ou dix registres différents commandés à divers imprimeurs et dont les souches étaient détruites aussitôt après que les bons avaient été détachés. Presque tous ces faux bons portent la mention de sommes extrêmement élevées, de 200.000 francs à un million». Le Figaro a découvert que de grosses sommes sont, illicitement, encaissés au Crédit Municipal bayonnais, par le biais de faux bons. Très facilement, on remonte à Alexandre Stavisky, connu dans les affaires d'escroquerie. Cependant, de nombreux magistrats lui ont accordé dix neufs remises de peine. Le 8 janvier 1934, la police est en route pour arrêter le criminel mais ils arrivent trop tard. Il est retrouvé mort d'une balle dans la tête dans son chalet à Chamomix.

«Dans tous les milieux et notamment à la Chambre, cette nouvelle fut accueillie avec un doux scepticisme. Non pas que l'on eût douté un seul instant que l'escroc ne fût mortellement atteint d'une balle à la tête, mais parce que ce prétendu suicide apparut pour le moins suspect.» avait écrit Le Populaire. La police a attendu une demi-heure avant d’emmener le blessé, toujours conscient, à l'hôpital.

Joseph Garat, le député-maire de Bayonne, est arrêté pour vol, usage de faux, détournements de pièces, ... Le ministre Camille Chautemps est également mis en examen.

C'est une nouvelle crise qui se prépare entre l'opinion politique et le gouvernement. Les français se mobilisent à travers des manifestations. La première manifestation a lieu après l'appel de L'Action Française: " À bas les voleurs! À bas les assassins! Tous, ce soir, devant la Chambre ". Le sommet de cette affaire arrive le 6 février 1934 pendant l'investiture d'Edouard Daladier, un radical, au Conseil. L'émeute provoque 15 morts et 1400 blessés.





Les médias aident l’opinion publique à se mobiliser pour d’un côté appeler à manifester, et, de l’autre appeler à ne pas manifester. La presse donne une lecture politique de la crise : pour la presse de droite, le gouvernement a tiré sur la foule pendant la manifestation et pour la presse de gauche, l’extrême-droite a tenté de faire « un coup d’Etat fasciste ». Elle permet à chacun des partis d’exprimer sa vision de la manifestation.


Une chose est sûre. L'affaire Stavisky a bouleversé plusieurs mondes, celui de la politique, celui des médias et celui de l'opinion publique. Un épisode qui reste gravé sur l'Histoire française

Abonnement à la Newsletter

  • Blanc Icône Instagram

© 2018 by What's The News (OB). 

Mentions Légales